Attente des français

Les français veulent être gouvernés par des élus compétants, honnêtes et irréprochables.

Ils veulent également que la loi soit la même pour tous. Ils sont allergiques aux avantages que se sont octroyés nos élus.

 

5 362,91 euros net. C’est la rémunération que touche chaque mois nos députés. Une somme confortable, mais pas suffisamment pour dissuader certains parlementaires de la tentation d’arrondir leurs fins de mois.

 

Exemples

 

  • L’interdiction des Emplois Familiaux
  • Les frais de mandat
  • La réserve Parlementaire

 

Il s’agit de véritables niches légales, créées par les députés. Elles mettent en jeu de l’argent public.

 

Les citoyens ne peuvent pas contrôler l’usage qui est fait des deniers publics, les députés s’y opposent. Les députés prétendent qu’en vertu de la séparation des pouvoirs exécutifs et législatifs, toute tentative de les contrôler, serait une atteinte portée à la démocratie parce qu’ils ont étés élus

Cet argument n’est pas recevable.

 

Oser nous faire croire que les députés contrôlent, eux-mêmes, l’utilisation de l’argent public, est inaudible.

 

En Suède les citoyens peuvent consulter les dépenses de leurs élus, dès lors qu’il s’agit de l’argent public. La Suède est une démocratie, donc dans une vraie démocratie, les citoyens ont le droit de contrôler l’usage que font leurs élus, de l’argent public.

 

 

Interdiction des Emplois Familiaux

 

Seul le parlementaire savait qui il rémunérait et combien.

Qui a fixé le montant de cette somme : les députés.

Qui a décidé que leurs utilisateurs s’auto-contrôleraient : les députés.

Il y a eu des abus.

 

Texte voté

L’interdiction des emplois familiaux vaut pour les ministres, les parlementaires et les élus locaux. Ce n’est pas une mesure coercitive, c’est une règle, citoyenne,de bonne conduite.

 

Un parti a déposé un recours auprès du conseil constitutionnel parce que l’interdiction concerne tous les élus. Cette interdiction pourrait entraîner du chômage. Cet argument ne tient pas la route. Lorsqu’il s’agit d’un poste utile à une communauté, mairie, département, éducation nationale etc..

que le poste soit occupé par un proche ou non, ne provoque pas de chômage

 

Contrôle des frais de mandat (IRFM)
Les députés reçoivent chaque mois une enveloppe de 9 561 euros destinée à couvrir les frais liés à leur activité de député.

Ils ne sont pas tenus de justifier leurs dépenses.

 

Texte voté

Mise en place d'un nouveau système de prise en charge des frais de mandat parlementaire, qui remplacera l'indemnité représentative de frais de mandat (IRFM).

L’élu devra produire une facture pour justifier ses dépenses.

- Produire une facture est un progrès, mais ce n’est pas satisfaisant, le nom des invités doit être précisé, pour éviter que ce soient des parents ou des amis.

- Va-t-on exiger de l’élu qui invite des personnes au restaurant, une facture ainsi que le nom de ses invités ? Si ce n’est pas le cas, la solution adoptée devra être améliorée ultérieurement.

Suppression de la réserve Parlementaire

 

La création de la réserve parlementaire est peu documentée. Elle remonterait à la présidence de Georges Pompidou (1969-1974). Elle est ignorée du grand public jusqu'aux années 2000. À ce moment, la plupart des parlementaires n'en ont même pas connaissance.

Jusqu’en 2002 le président de la commission des finances et le rapporteur décidaient seuls des crédits alloués à chaque député. Ce rôle est ensuite partagé avec les présidents des groupes politiques.

Jusqu'en 2007, les critères d’attribution sont ; la présence des élus, leur implication dans le travail parlementaire, leur ancienneté et les postes occupés. Un questeur ou un président de commission, à son quatrième ou cinquième mandat, peut avoir jusqu’à 300 000 euros de réserve, contre à peine 10 000 pour un novice.

Depuis 2012, c'est une somme identique qui est octroyée à chaque député bien que le président de groupe puisse encore la moduler, qu'il soit dans l'opposition ou la majorité à hauteur de 130 000 €, somme qui est doublée (260 000 €) pour les vice-présidents et responsables de groupes, le président disposait lui de 520 000 € pour sa circonscription et d'environ deux millions d'euros pour des œuvres caritatives.
En 2016, le montant de la "réserve parlementaire" s'est élevé à 81 millions d'euros pour l'Assemblée et à 53 millions d'euros pour le Sénat.

Le système de réserve parlementaire est critiqué pour ses inégalités d'attribution d'un député ou sénateur à un autre.
L'utilisation des fonds est laissée au pouvoir discrétionnaire du parlementaire, et, jusqu'en 2013, sa répartition, pour financer des projets d'aménagement locaux ou des associations, est tenue secrète.

Elle a une utilité. Mais, Il est difficile d’éviter son utilisation pour des raisons de clientélisme.

Texte voté

La "réserve parlementaire" dont bénéficient les parlementaires pour aider des collectivités ou des associations, disparaîtra progressivement jusqu'en 2024.

 

Il revient aux parlementaires de proposer une nouvelle répartition des crédits, équitable, au bénéfice des petites structures qui remplissent des conditions bien définies. Il s’agit d’éviter les abus, les faveurs politiques et toute subvention non justifiée.

 

Effets positifs de la loi

Les élus disposent d’autres avantages, nous les passeront en revue ultérieurement.

 

Pour que les élus comprennent les préoccupations des français, ils doivent avoir les mêmes droits et le même niveau de vie, ils ne doivent pas jouir de privilèges.

Cette loi  leur permettra de mieux appréhender le niveau de vie, les droits liés au travail, le chômage, l’apprentissage, la santé, la retraite, le problème de la dette etc..

 

Les élus seront beaucoup plus sourcilleux de l’utilisation de l’argent public.

 

La loi de moralisation rapproche le niveau de vie des élus de celui des citoyens.

C’est un progrès à saluer, c’est une étape qui va dans la bonne direction..

 

Réserves

Attendons avant de nous réjouir, les décrets d’application ne sont pas encore signés.

 

Si le Président Macron échoue dans sa tentative de réformer la France, cette loi sera

vraisemblablement amendée, voire même supprimée. Cette crainte largement répandue explique le scepticisme de nombreux français.

 Le 27 Août 1927

 Merci de nous signaler d’éventuelles erreurs.

L’affaire Pénicaud illustre un comportement courant des partis politiques. Il s’agit d’abattre politiquement un adversaire en ruinant sa réputation.

 Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose.

 Ici, il ne s’agit pas de calomnie. L’attaque est plus subtile, on instrumentalise la vérité pour faire croire que Madame Muriel Pénicaud fait partie des riches qui méprisent les travailleurs et qui s’en foutent plein les poches. En tant que DRH madame Pénicaud aurait pris une part dans le licenciement de 900 salariés, dans le but d’encaisser une belle plus-value en revendant, ses stock options.

Cette idée fait mouche. Elle a convaincu un certain nombre de français, qui seront appelés à manifester, dans la rue, à l’automne.

 La presse n’est pas en reste, elle en rajoute. L’émission, C’est dans l’air, de France 5 titre, le 28 Juillet 2017 : Loi du Travail Pénicaud dans la tourmente, ce qui laisse entendre que madame Pénicaud sera handicapée pour présenter la loi travail parce qu’elle a quelque chose à se reprocher.

Je ne critique pas le parti communiste. J’ai à l’esprit les attaques d’une très grande bassesse dont Madame Weil a fait l’objet. Ces attaques venaient de la droite.

 Revenons à l’affaire qui nous intéresse. Les stocks options sont utilisées pour rémunérer le personnel d’une entreprise. En France, les dirigeants en sont les principaux bénéficiaires.

Si le cours de l’action émise par l’entreprise chute, les stocks options perdent leur valeur.

Il existe une excellente étude sur ce sujet ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Stock_option).

 

Muriel Pénicaud a utilisé ses stocks options en respectant les obligations légales. Elle n’a pas fait l’objet d’une plainte, le plaignant se serait ridiculisé.

 

La malhonnêteté consiste à suggérer l’idée qu’elle est à l’origine du licenciement du personnel de Danone, dans le but de réaliser une belle plus-value.

 

Madame Pénicaud est une personne compétente et expérimentée. Elle connaît ses dossiers. Elle sait parler aux syndicats. C’est une pièce maîtresse du dispositif, mis en place par le Président de la République, pour mener à bien les réformes qu’il a annoncées, pendant la campagne électorale. Attaquer Madame P est une manière de faire obstacle aux réformes.

 Là, où on attend des discussions, on a recours à des attaques personnelles. Pauvre démocratie !

 

La moralité de cette histoire, est la facilité avec laquelle, il est possible de nous manipuler.

La télévision, internet, les réseaux sociaux et les journaux nous conditionnent. Nous captons les idées au vol, sans prendre un instant pour réfléchir. On nous dit que Madame Pénicaud a mal agi, cela devient une évidence. Haro sur Madame Pénicaud.

 

Le temps est peut-être venu de nous réveiller et de penser par nous mêmes.

 

Nous jugerons Madame Pénicaud sur ses résultats.

 

Collonges-au-Mont-d’Or, le 30 Juillet 2017  

Le Roi est mort

Nous vivons une période historique. Un tsunami vient d’emporter une majorité d’élus.

Les battus n’ont pas tous démérité au plan personnel, ils ont démérité collectivement.

La France va mal, le chômage est très élevé. Il existe aujourd’hui une amélioration de

l’économie européenne, la France n’en profite pas suffisamment, elle est à la traîne. Élus vous ne nous faites pas rêver. Nous avons le moral dans les chaussettes. Nous sommes persuadés que nos enfants risquent de connaître la misère. Vous ne comprenez pas ce qui vous arrive.

 

Vous cherchez à comprendre, lisez le Canard enchaîne du 14 juin 2017 :

 

Règlement de compte force 10 chez les Rep

Les premiers aveux des attachés parlementaires du Modem

Au PS, on naît dans les roses … et on finit dans les choux !

Raz de marée macroniste annoncé : PS, FN, LR, LFI, ils craignent tous la pelle du 18 juin !

 

Deux personnages se sont particulièrement distingués : François le pieux et François zéro

 

François le pieux nous a fait découvrir les avantages très enrichissants du métier de député.On ne peut pas demander des comptes à nos élus, ils sont la représentation nationale . On ne peut pas exiger d’eux la présentation d’une facture quand ils dépensent de l’argent public .

François zéro a battu le record d’impopularité. Il a conduit une politique qu’il n’avait pas annoncée avant d’être élu. Il a laissé le parti socialiste dans un piteux état. Un livre le rendra célèbre auprès des générations à venir « Un président ne devrait pas dire ça ». Il a terminé son mandat d’une manière pitoyable. Il ne s’est pas représenté par courage, dit-il. En réalité, il s’agissait pour lui d’éviter un énorme humiliation…

 

Ajoutons à cela que nos élus ne connaissent pas la France profonde. Ils font des lois à leur avantage,

Ils n’ont pas le souci de l’exemplarité.

 

Moralité, trop c’est trop.

 

Un Roi est né

Après la débâcle arrive la nécessité de reconstruire.

 

Que demandons-nous à nos élus ?

  • De la probité
  • du sérieux dans l’exercice de leur mandat
  • un comportement à la suédoise : justifier par une facture, à un euro près, toute dépense de l’argent public, possibilité donnée aux citoyens de contrôler leur activité publique. Cela est admis sans discussion en Suède.

 

Que demandons nous à l’échelon national ? Que les députés n’aient pas d’œillère.

 

Qu’ils s’intéressent à tous les aspects de :

- la politique intérieure : au monde du travail, au monde paysan, à l’éducation, aux chômeurs, aux retraités etc...

et,

- la politique extérieure, c’est à dire , l’islamisme radical, l’Europe, l’Allemagne, la Russie, les États-Unis, la Chine, l’Arabie Saoudite, l’Iran etc..

 

On ne peut pas demander à un élu d’être un expert dans tous les domaines. On lui demande d’avoir l’esprit éveillé, d’avoir de la curiosité et des idées personnelles.

 

On peut imaginer, au plan de l’Assemblée nationale la création de groupes qui seraient invités à suivre, qui les problèmes du terrorisme, qui des problèmes des Erats-Unis, qui des problèmes de la Chine. Pour ces groupes il ne s’agirairt pas de leur occupationn habituelle mais de groupes de réflexion

 Lyon le 26 Juin 2017

  

Le 27 Mai 2017 nous avons publié, dans ce blog, l’article : Macron risque de ne pas avoir la majorité absolue. Depuis, comme nous l’avions annoncé, la situation du gouvernement se dégrade.

 

Jusqu’ici, le Président Macron est sur un nuage, il a réussi un parcours sans faute.

Sait-il qu’il a trois cailloux dans sa chaussure ? Peut-être pas, car, pour comprendre cette situation, il faut connaître l’existence de la France profonde et la comprendre.

 

La France profonde est constituée par un nombre considérable de français, issus de tous les milieux,

allergiques à tout ce qui ressemble à des comportements douteux. Elle juge sévèrement les hommes, ses jugements sont moraux, que la loi soit ou non transgressée. Elle est silencieuse.

 

Premier caillou : l’affaire Richard Ferrand

Richard Ferrand n’est pas novice en politique. Il a su quitter, à temps, le parti socialiste.

Il ne semble pas avoir géré, avec désintéressement, les Mutuelles de Bretagne. Il n’a pas transgressé la loi mais, il n’a pas pris en considération la morale.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/25/comprendre-les-accusations-contre-le-ministre-richard-ferrand_5133865_823448.html#f9Wxq0fQ2ZiZG1IK.99


On attend de nos élus un comportement exemplaire.

Il pourrait démissionner rapidement de son poste de ministre : il ne le fait pas, la place est trop bonne, trop avantageuse, j’y suis j’y reste. Il fragilise le gouvernement, il n’en tient pas compte. Son comportement n’a rien d’exemplaire. En tant que simple citoyen, il me choque.


Deuxième caillou : mise en cause de l’autorité du premier ministre

Monsieur le Premier Ministre c’est à vous qu’incombe la responsabilité de traiter le dossier Richard Ferrand. Vous temporisez et dites que les électeurs trancheront. Vous laissez filer le temps. Or le temps joue contre le gouvernement, l’affaire prend de plus en d’ampleur, jour après jour.

D’ici aux élections, combien d’électeurs perdrez-vous ? Combien de vos candidats seront-ils battus ? Aurez-vous la majorité absolue ?


Politiquement, vous n’avez pas le choix, faites preuve d’autorité.


Troisième caillou : Mise en cause du Président

En politique, on n’a pas d’amis, seul l’intérêt du pays compte.

Tout se passe comme si votre amitié envers Richard Ferrand, prenait le pas sur l’intérêt de la France.


Votre Mandat dure quatre ans. L’affaire Richard Ferrand , accrédite l’idée que rien ne change et que le copinage est toujours de mode. Elle pollue vos premiers pas. Vous risquez de la traîner, comme un boulet, pendant toute la durée de votre quinquennat, ses conséquences à long terme sont imprévisibles


Une simple allumette peut être à l’origine d’un feu de forêt. Le feu se propage à grande vitesse, la situation devient rapidement incontrôlable. Nous sommes encore au temps de l’allumette, pendant quelques heures.


Conclusion

On attend de nos élus un comportement exemplaire. On ne supporte plus, ceux qui tirent profit d’une excellente connaissance de la loi, en faisant fi de la morale. Leur comportement doit changer. On ne supporte plus le copinage.


L’affaire Richard Ferrand est choquante.
Personnellement, j’attendrai jusqu’aux élections législatives avant de me déterminer. Si l’affaire Ferrand n’est pas éteinte, je m’abstiendrai.

L’affaire Richard Ferrand est un caillou dans le soulier du Président.

 

Analogie avec l’affaire Fillon

Il y a une analogie avec l’affaire Fillon qui présentait deux versants : l’enrichissement personnel et les emplois fictifs. Fillon n’a pas transgressé la loi, les emplois fictifs restent à prouver, la justice tranchera. Tout ce qui lui a été reproché se situe au plan éthique et a profondément ulcéré la France profonde, c’est-à-dire l’ensemble des français qui sont allergiques à tout ce qui lui semble être une magouille. Ces français sont nombreux, ils appartiennent en majorité aux classes laborieuses, mais pas seulement.

La France profonde était bien disposée en faveur de François Fillon, à la suite d’une cascade de révélations, elle s’est détournée de lui, jusqu’à le mépriser.

Fillon a ignoré la France profonde. Il n’a pas compris sa réaction, il s’est défendu à la manière des hommes politiques. Il n’a pas fait acte de contrition, ses excuses du bout des lèvres, ont eu le don d’irriter.

Le drame du personnel politique, dans son ensemble, est de ne pas connaître la France profonde.

Le Président Macron connaît-il la France Profonde ?

L’affaire Richard Ferrand

En 2011, selon Le Canard Enchaîné, les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était le directeur général, souhaitaient louer des locaux commerciaux à Brest pour ouvrir un centre de soins et choisissent, entre trois propositions, celle d'une société immobilière, appartenant à la compagne de Ferrand. Cette dernière, selon l'hebdomadaire, monte, alors, très rapidement une société civile immobilière (SCI) et la promesse de location, lui permet d'obtenir un prêt bancaire, équivalent à la totalité du prix de ces locaux «en mauvais état».

Outre une rénovation complète des locaux, aux frais de la mutuelle pour 184.000 euros, toujours selon Le Canard Enchaîné, la valeur des parts de la SCI « a été multipliée par 3000 » six ans plus tard (Source Figaro politique du 24 Mai 1917).

les Mutuelles de Bretagne ont choisi entre trois propositions.

Quelles étaient elles ?

Le montant des frais de rénovation a-t-il été pris en compte ?

Savait-on que la bénéficiaire était la compagne de Monsieur Ferrand ? qu’elle n’était pas propriétaire du local ?

La multiplication par 3000, en six ans, des parts de la SCI, mérite une explication.

Peut-on considérer que l’opération est inattaquable, du point de vue moral ?

Selon-vous cette opération est-elle douteuse ?

Les soutiens

Monsieur Ferrand, je ne vous juge pas. J’appartiens à la France profonde. Votre affaire m’intrigue.

Elle arrive après bien d’autres. Un lien s’établit naturellement.

Apparemment, le gouvernement semble prendre votre défense :

  • - le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, affirme mercredi matin sur Europe 1: « Il n'y a pas de mise en cause par Le Canard Enchaîné de Richard Ferrand. Il y a une information que Richard Ferrand lui-même ne conteste pas, qui relève d'un acte ni délictuel, ni pénal, d'un acte de droit commun »
  • Le premier Ministre s’en remet aux électeurs de la primaire. Attendre les élections c’est donner du temps à vos détracteurs et éloigner des électeurs qui étaient prêts à voter en faveur des candidats présentés par La République en marche. La création d’une majorité présidentielle est en jeu.
  • Le parquet national financier a déjà annoncé qu'il n'ouvrirait au­cune enquête
  • Le Président de la République ne se manifeste pas. On n’entend pas le garde de sceaux.

    ces interventions en votre faveur, risquent d’avoir un effet contraire.

Décidez vite Monsieur Ferrand

Mise en garde

Le Canard Enchaîné procède par étapes : il va peut-être annoncer de nouvelles révélations. La

prudence vous demande de prendre une décision rapidement.

Les temps ont changés, aujourd’hui les français exigent l’exemplarité de la part de leurs dirigeants. Vous n’êtes pas exemplaire. Vous donnez du grain à moudre à tous les opposants au Président Macron. Ils se saisissent de l’occasion pour le critiquer avec virulence.

Ce qui se passe est comparable à un feu de forêt : au départ une allumette suffit mais, très rapidement après, l’incendie n’est plus maîtrisable.

Votre personne est parfois mise en cause. Je vous ai vu sur un marché, vous avez tendu la main à une femme qui, a énergiquement et bruyamment, refusé de la prendre...

Une alternative s’offre à vous :

  • Vous démissionnez rapidement, avec dignité. Le public appréciera votre geste. Votre carrière se poursuivra sereinement.
  • Vous vous cramponnez à votre poste, en ignorant les critiques « après moi le déluge »
    dans ce cas, on peut espérer que vous serez délicatement poussé vers la sortie.
    Délicatement, car on vous offrira l’opportunité de démissionner.

Moralisation de la vie politique

( Dans l’hypothèse où Monsieur Ferrand serait maintenu à son poste)

  • L’accueil des lois de la moralisation de la vie politique risquerait d’être mitigé.
  • Pour les français, le gouvernement n’aurait pas balayé devant sa porte «  cause toujours ...« .
  • D’aucun penseraient que rien n’a changé sur terre.
  • La confiance en ce gouvernement risquerait d’être écornée.

Un exemplaire de ce texte est adressé, ce jour, par e-mail, à Monsieur le Président de la République,

au garde des Sceaux et à Monsieur Richard Ferrand.

Le 27 Mai 2007