Les législatives : Pour qui voter ?

Vous allez voter. Connaissez-vous les candidats locaux. Au risque de me tromper, je suppose que vous ne les avez jamais rencontrés, et que vous ne les connaissez pas. Vous recevrez, quelques jours avant le vote, des déclarations d’intention ; dans la plupart des cas, elles constitueront vos seules informations.

Les principaux critères de choix

Le parcours des candidats

La majorité des candidats fait de la politique pour en vivre, ce sont des carriéristes. Est-ce préjudiciable à un activité d’élu ? Parmi eux, il y a des personnes compétentes. La moindre des choses est de demander à un futur législateur d’avoir une expérience de la société. L’a-t-il ? On peut en douter quand les candidats n’ont jamais travaillé dans le secteur privé.

Quand ils ont fait des études brillantes et se sont immédiatement consacré à la politique, ils n’ont pas l’expérience du monde du travail ni de la société.

L’appartenance politique

Voter pour le parti du candidat soulève un problème. La droite et la gauche se sont discréditées

et nous ont déçus. Les partis sont en pleine décomposition. L’appartenance à un parti classique

ou non, n’est pas, aujourd’hui, une référence.

A ce jour, les jeux sont faits, nous avons un nouveau Président. Il inspire de l’espoir pour certains, de la méfiance pour d’autres. La question est : voulons-nous lui permettre d’appliquer son programme ? si c’est le cas, nous pouvons voter pour son candidat, en oubliant les autres critères.

Les critères secondaires

Contacts personnels

J’ai rencontré, à plusieurs reprises, mon député. Il m’a toujours reçu chaleureusement. Il m’a écouté et a pris des notes. Quelque temps après, j’ai reçu une lettre en provenance de l’Assemblée Nationale, m’indiquant qu’il avait fait suivre ma demande. Moralité de l’histoire je n’ai rien obtenu et je ne connais pas mon député.

Le sexe

Écarter une candidate, parce qu’elle est une femme, est une bêtise ; à l’inverse, voter pour elle uniquement parce qu’elle est une femme ou parce qu’elle est belle est aussi absurde. On doit prendre en compte ses compétences.

Voter pour un homme parce que c’est un brave type ( Jacques Chirac) ou parce qu’il est beau, est une ânerie.

L’Europe

Nos Présidents successifs n’ont rien fait pour l’Europe. Ils n’ont pas contribué à la mise en place d’une véritable gouvernance européenne. Ils ont permis son élargissement débridé. Ils ont acceptés que pour les votes importants, un seul Etat puisse s’opposer à l’adoption d’une loi, ce qui condamne l’Europe à l’immobilisme. Lorsqu’ils rencontrent une difficulté intérieure, «  c’est la faute à l’Europe ».

Les jeunes générations veulent plus d’Europe.

Conclusion

A ce jour, les jeux sont faits, nous avons un nouveau Président. Il inspire de l’espoir pour certains, de la méfiance pour d’autres. La question est : veut-on lui permettre d’appliquer son programme ? si c’est le cas, on peut voter pour son candidat, en oubliant les autres critères.

C’est un pari sur l’avenir. Nul n’est pas obligé d’épouser ce point de vue.