Parcours d'un élu

Parcours d'un élu

On adhère à un parti, par conviction ou par intérêt. Si on a l'ambition d'occuper d’importantes fonctions, le chemin à parcourir est long.

On doit faire preuve de bonne volonté sur le terrain, en collant des affiches, en faisant du porte à porte etc.. On épouse l’idéologie de son parti.

On prend la parole jusqu'à persuader ses collègues qu'on est le mieux placé pour représenter le parti.

Puis vient l'escalade au sein des instances du parti. On n'est pas le seul. Le jeu consiste à éliminer ses concurrents qui deviennent des adversaires. Tout y passe : coups tordus, calomnie et exploitation des erreurs des concurrents. Le vainqueur prend possession du parti. Quelques uns, en se plaçant sous son ombrelle, pourront espérer un poste. Le roi est bienveillant envers ses obligés.

Remarquons au passage, que les vainqueurs sont majoritairement des intellectuels.

Les responsables de la droite coexistent et se détestent

L'ambiance au sein du parti socialiste révélait des détestations.

En politique, on n'a pas d'ami. On a des alliés en fonction des circonstances.

Certaines personnalités ont un parcours irréprochable. Où sont-elles ?

Les adhérents de base ne méritent pas de critique. Ils sont dévoués et généreux

Comment peut-on croire, que ceux qui se sont investis dans la conquête du pouvoir, connaissent les problèmes des français. Ils n'ont jamais créé une entreprise. Ils n'ont jamais été menacé par le chômage. En dépit de cela, ce sont eux qui nous gouvernent.

Par exemple, Sarkozy et Hollande ont manifesté leur intention de devenir Président de la République, dès leur plus jeune âge. Ils ont consacré leur vie à la réalisation de cet objectif. Ils n'ont pas acquis la connaissance de la France profonde.